Storytelling à la française

– Le storytelling qui consiste à instiller dès aujourd’hui dans l’opinion l’idée d’un retour possible ne risque-t-il pas de lasser ? L’élection n’est qu’en 2017…

– On verra bien. Mais on peut compter sur vous les medias pour faire durer le plaisir. Et si ce n’est pas vous d’autres s’en chargeront. La volonté de Sarkozy de prendre sa revanche ne fait aucun doute à mes yeux. Il appartient à ce type d’homme politique pour lequel être candidat est une fin en soi. Il n’a pas cessé d’être candidat après sa victoire en 2007. Pourquoi cesserait-il de l’être après sa défaite de 2012 ?  C’est le candidat permanent. Il ne sait faire que ça. Il n’a donc pas le choix.

– A l’inverse, s’il reste en retrait trop longtemps, ne s’expose-t-il pas au danger de voir le jeu et l’UMP verrouillés par d’autres (Fillon, Copé) au moment de son come-back ?

– La mediasphère a horreur du vide. Si les medias ne parlaient pas de son retour, on pourrait en venir à parler de ses vacances somptuaires, des affaires Karachi et Kadhafi qui pourraient bien bousculer l’avenir du « comeback kid »; alors il lui faut absolument occuper le terrain, fut-ce par procuration fut-ce par intermittence.

– Ses proches commencent d’ores et déjà à élaborer le scénario du retour : une défaite de la droite en 2014, un FN fort, et la nécessité d’en appeler à un homme providentiel. Selon vous, cette histoire peut séduire ?

– Et si – avant de s’interroger sur son retour, on se demandait: « de quoi Sarkozy est-il la fin »? Depuis 2008, la crise financière, économique, sociale constitue la fin d’un monde ancien, dont Nicolas Sarkozy est le symptôme… Le mandat de Sarkozy coïncide avec la fin de « trente années » d’hégémonie néolibérale comme la fin du septennat de Giscard d’Estaing marqua la fin des « trente glorieuses ». La sorcellerie néolibérale qui a pu faire croire à nos dirigeants que des marchés financiers dérégulés, la spéculation financière, pouvaient créer une croissance vertueuse s’est heurtée aux plus grands défis non seulement écologiques mais anthropologiques de la Planète. La crise du sarkozysme marque l’exténuation et l’échec d’une manière de faire de la politique, que tous les responsables politiques, à gauche comme à droite, n’ont pas encore enregistrée… La troisième révolution industrielle n’a pas encore trouvé sa nouvelle classe politique.

C.Salmon écrivain et chercheur est l’auteur de Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits en 2007 et Kate Moss machine en 2010.