Le fond de l’air est rouge

fondrouge-z2-haut-3651661gpqfo_2587

Chris Marker, un an après sa mort, bondit parmi nous tel un chat : exposition au Centre Pompidou, coffret de dix DVD, films de retour en salle. Plein feu sur Le fond de l’air est rouge, documentaire critique et frondeur, qui aide à interpréter le monde tout en poussant à le transformer.

De Che Guevara à Rudi Dutschke, de Lénine à Mao, de Charonne à la rue Gay-Lussac, de Cuba à Santiago, « Le fond de l’air est rouge » retrace la montée puis la retombée des utopies révolutionnaires des années 60 et 70. Ce film-culte de Chris Marker constitue un extraordinaire montage d’archives, dans une nouvelle version rééditée par l’auteur.

1967 – 1977 : années capitales de l’histoire mondiale

« … Au cours de ces dix années, un certain nombre d’hommes et de forces (quelquefois plus instinctives qu’organisées) ont tenté de jouer pour leur compte, fût ce en renversant les pièces. Tous ont échoué sur les terrains qu’ils avaient choisis. C’est quand même leur passage qui a le plus profondément transformé les données politiques de notre temps. Ce film ne prétend qu’à mettre en évidence quelques étapes de cette transformation. » Chris Marker

Images officielles, bouts de films, chutes de reportages, bobines négligées sont les matériaux de cette fresque majeur dans la filmographie de Chris Marker et dont le visionnage se clôt sur le déroulant suivant : « Les véritables auteurs de ce film sont les innombrables cameramen, preneurs de son, témoins et militants dont le travail s’oppose sans cesse à celui des pouvoirs, qui nous voudraient sans mémoire. »

Planete Marker

FONDDELAIRESTROUGE_01350

Les écrits, les photographies, les films et vidéos, les installations et créations multimédia de Chris Marker ont parcouru et continuent de parcourir le XXème et le début du XXIème siècles, en les accompagnant dans leur évolution et leurs révolutions. Cette traversée, tentative magistrale de saisir les mutations du monde, constitue une mémoire sans équivalent, qui fait de Chris Marker une figure essentielle de notre temps.

Pendant deux mois, le Centre Pompidou et la Bibliothèque publique d’information invitent à parcourir le monde selon Chris Marker.
La programmation rassemble tous les films et vidéos aujourd’hui accessibles, réalisés ou coréalisés par Chris Marker. De plus, et ce grâce à l’engagement des producteurs et es distributeurs aux côtés du Centre Pompidou, de nombreux films – dont des raretés et inédits – sont présentés en version restaurée, et font l’objet de sorties en salle à Paris et dans toute la France ainsi que d’éditions dvd.
Au-delà des réalisations et coréalisations, la programmation inclut une très large partie des collaborations de Chris Marker à d’autres films, dont il a écrit le commentaire, fait l’image ou réalisé le montage. Elle suit également la piste des affinités électives avec des films qu’il a aimés, soutenus ou suscités, mentionnés dans ses écrits ou évoqués dans son oeuvre. Elle met enfin en correspondance les films et vidéos de Chris Marker avec des oeuvres de cinéastes et vidéastes aux trajectoires parallèles, plusieurs d’entre elles appartenant à la collection du Musée national d’art moderne où il a pu les découvrir.

Cette programmation, la plus complète à ce jour, s’accompagne de l’exposition en libre accès des installations de Chris Marker produites et conservées par le Musée national d’art moderne, d’une table ronde, de multiples rencontres, de séances présentées, de performances et d’un salon de lecture à la Bibliothèque publique d’information.

Paroles d’Iran

 le_v_iranien-thumb

Forough Farrokhzad – que les Iraniens ont pris l’habitude d’appeler par son seul prénom Forough qui signifie “ étincelle ” – est une des figures majeures de la poésie contemporaine en Iran. Originaire d’une famille de militaires à Téhéran, Forough, après une jeunesse difficile, apprend la peinture. Son premier recueil de poésies, La captive, est publié en 1955. On y ressent la forte influence de Fereydoon Moshiri, de Nader Naderpour et Fereydoun Tavalalli.Ses recueils suivants sont Le mur en 1956 et Rébellion en 1958. C’est au cours de l’année 1958 qu’elle rencontre Ebrahim Golestan, écrivain et cinéaste. En 1959, Forough Farrokhzad poursuit des études cinématographiques en Angleterre, puis tient un petit rôle dans La proposition (1960).

En 1962, la jeune femme s’installe à Tabriz où elle tourne La maison est noire, sur une léproserie. Le film reçoit le Grand prix documentaire au Festival Oberhausen en 1963. La même année, elle joue dans la pièce de Luigi Pirandello Six personnages en quête d’auteur. Elle publie alors son quatrième et dernier recueil Une autre naissance (1963).

Forough Farrokhzad trouve la mort le 14 février 1967 dans un accident de voiture.

La Maison est noire est aujourd’hui considéré comme le point de départ du nouveau cinéma iranien. Kiarostami rendra hommage à la poétesse en 1998 en intitulant son film Le Vent nous emportera du titre d’un de ses poèmes et une autre poétesse et réalisatrice Granaz Moussavi renverra à son œuvre à travers un pèlerinage sur sa tombe et son portrait dans My Tehran for sale en 2009.

En juin 1967, dans la revue Cinéma 67 , Chris Marker rendait hommage à Forough Farrokhzad en ces termes :

“ Elle était faite à parts égales de magie et d’énergie, c’était la reine de Saba décrite par Stendhal. C’était surtout le courage. Elle ne se cherchait ni alibis, ni cautions, elle connaissait l’horreur du monde aussi bien que les professionnels du désespoir, elle ressentait la nécessité de la lutte aussi bien que les professionnels de la justice, mais elle n’avait pas trahi son chant profond. Pour son premier film, elle était allée droit au plus irregardable : la lèpre, les lépreux. Et s’il fallait un regard de femme, s’il faut toujours un regard de femme pour établir la juste distance avec la souffrance et la laideur, sans complaisance et sans apitoiement, son regard à elle transformait encore son sujet, et en contournant l’abominable piège du symbole parvenait à lier, par surcroît de vérité, cette lèpre à toutes les lèpres du monde. Si bien que La Maison est noire est aussi la Terre sans pain de l’Iran, et que le jour où les distributeurs français admettront qu’on peut être persane, on s’apercevra que Forough Farrokhzad avait donné plus en un seul film que des tas de gens au nom plus facile à retenir. Elle écrivait : “ La terre enserre mon coprs froid. Sans toi, loin des émois de ton cœur, mon cœur se décompose sous la terre. L’eau de pluie, les rafales, plus tard, doucettement, laveront mon corps sous la terre. Mon tombeau sera celui de l’inconnu libéré des louanges, délivré des méprises. ” Pardon pour les louanges, Forough. Délivrée des méprises, c’est à voir. Mais pour ce qui est de restée inconnue, je ne crois pas que tu y arriveras. ”

(Chris Marker, Cinéma 67, n°117, juin 1967).