Alep

alep_citadelle_mosquee_1900

Des messages, envoyés comme des bouteilles à la mer — messages d’appel à l’aide, de désespoir et d’adieu d’hommes, de femmes et d’enfants circulent sur les réseaux sociaux. Bachar El Assad a repris Alep. La capitale du nord de la Syrie est sous les décombres : le plus grand et plus vieux souk du monde n’est plus. Ces dernières semaines, l’avenir des habitants d’Alep Est s’est résumé à un choix entre la mort ou l’exil. Nous ne nous hasarderons pas ici dans des analyses sur la guerre civile qui se déroule en Syrie depuis 2011. Elles viendront en temps voulu. Les interprétations fleurissent sur les ruines d’une ville devenue jeu d’échecs de puissances rivales. Restent les morts, la faim, les bombardements : une population civile se fait massacrer et il nous est impossible de détourner les yeux ; encore moins de « relativiser les morts » dans des justifications sur l’impérialisme américain. Le témoignage éclaire souvent ce que l’analyse froide, à des milliers de kilomètres, laisse dans l’ombre : la vie d’hommes et de femmes qui, loin des découpes en blocs (« pro-Assad et Poutine » contre « pro-américain et Daesh »), se retrouvent pris dans le quotidien de la guerre et de l’injustice. Comme une pensée aux aleppins, nous publions ici le carnet de route en Syrie paru dans le numéro 4 de notre revue papier, écrit par celui qui fut l’un d’entre eux pendant les vingt premières années de sa vie et qui y retourna en septembre 2012 pour soigner les blessés de guerre. ☰ Par Fares Kilani et Sarah Kilani

Ballast decembre 2016 :

http://www.revue-ballast.fr/retour-en-syrie/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s