The occupiers

nighttime-ga

The Occupiers. The Making of the 99 Percent Movement

Michael A. Gould-Wartofsky

Septembre 2015

Né à l’automne 2011, Occupy Wall Street (OWS) a fait couler beaucoup d’encre, mais peu d’ouvrages permettent de comprendre ce qu’a été ce mouvement. Dans un récit détaillé, Michael Gould-Wartofsky insiste sur les tensions internes, la reproduction des formes de domination — en dépit de la volonté de fonctionner « horizontalement » — et la répression policière et politique.

Ayant lui-même participé activement à l’occupation de Zuccotti Park, l’auteur, militant et jeune doctorant en sociologie, montre à partir d’une riche enquête que « le phénomène Occupy ne se réduit pas aux occupants ou aux occupations ». Loin de se cantonner à la dénonciation des inégalités de revenus, le discours des « 99 % » — face aux « 1 % » les plus riches —, en fédérant sous une bannière commune étudiants, syndicalistes, militants associatifs et politiques, travailleurs pauvres et chômeurs, aurait « renouvelé le langage » de la gauche. Au-delà du cliché des assemblées générales interminables, OWS a remis au centre des débats la question des rapports entre autorité publique et richesse privée, pouvoir économique et pouvoir d’Etat, favorisant, selon l’auteur, l’émergence de nouvelles forces progressistes dans le ventre de la bête.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s