Forum de Tunis

adnan_ea_191_2013_oil-on-canvas_35x45cm_800

 Etel Adnan « untitled »

Le gaz de schiste, source d’énergie alternative sans danger ». En lisant le programme, les visiteurs du FSM ont pu croire à l’oubli du point d’interrogation, ou à une blague. Le nom de l’association organisatrice de l’atelier, l’Association algérienne de l’hydrogène énergie (A2H2), laissait planer le doute. Mais la présence d’un responsable de la Sonatrach, (l’entreprise publique algérienne chargée de mener les opérations d’exploration dans le pays), en tant qu’intervenant, a contribué à créer une ambiance électrique dans la salle. Pour la plupart des opposants au gaz de schiste, cet atelier est une imposture. Difficile d’imaginer, en effet, un débat sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes animé par un représentant de Vinci…

Accompagné de Mahmah Bouziane, secrétaire général de l’A2H2, qui soutient l’extraction du gaz de schiste, Khalil Kourtoubi a développé les arguments de la compagnie face aux protestations du public. « Il faut peut-être améliorer les points faibles de la fracturation hydraulique, mais s’il y avait le moindre risque, moi-même je ne le ferai pas. On n’utilisera pas une technique qu’on ne sait pas maîtriser ». Selon lui, la différence entre les opérations menées en Amérique du Nord et les projets pilotes lancés en Algérie réside dans la quantité d’eau et de produits chimiques.
« Si on creuse à 1 700 m, ce qui n’est pas très profond, la température de l’eau n’est pas aussi élevée qu’à 3 000 m, on n’est pas obligé d’utiliser des produits chimiques », a-t-il assuré. Avant de se lancer dans une tirade dithyrambique : « Je suis comme vous, je parle avec mon cœur… Et puis la crédibilité d’un pays est dans ses réserves ».

Réponse cinglante d’un jeune Algérien : « Mais on s’en fout du gaz de schiste ! Le secteur agricole est condamné, la jeunesse est condamnée ». Dans la foule, Othmane s’interroge à voix haute : « L’Algérie a-t-elle fait suffisamment d’efforts pour éviter d’avoir à exploiter le gaz de schiste ? »

Le débat, qui vire parfois à la foire d’empoigne, pourrait durer des heures. La salle finit par se vider. En sortant, on discute avec Fateh. Il a 31 ans. Algérien, il a quitté son pays et vit maintenant en France. Mais cet ancien militant au sein de la ligue algérienne des droits de l’homme poursuit son combat contre les gaz de schiste, au sein de l’organsiation politique Action Citoyenne pour l’Algérie. « Depuis juin, je me bats bec et ongles pour cette cause. Pour nous, c’est une priorité, mais nos voix sont étouffées. Le centre de la mobilisation se trouve dans le sud du pays, à El Salah. Il y a eu plusieurs manifestations en début d’année, très violemment réprimées. Tout comme la marche organisée à Alger le 24 février. »

Extrait reporterre 2015

http://www.reporterre.net/Gaz-de-schiste-en-Algerie-et

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s