Operation condor

the-real-terror-network-terrorism-in-fact-and-propaganda

Le procès de l’opération condor commence en Argentine depuis mardi, l’occasion de revenir sur les événements et sur le livre d’Herman.

Edward S. Herman (né le 7 avril 1925) est un économiste et observateur des médias spécialisé dans les rapports entre les grands groupes de presse et les questions politico-économiques. Il est professeur émérite en finance de la Wharton School. Il enseigne également à l’Annenberg School for Communication de l’Université de Pennsylvanie. Il a obtenu son Ph.D en 1953 à Berkeley.

Il a notamment co-écrit avec Noam Chomsky La Fabrique du consentement dans lequel est décrit et illustré un modèle de propagande appliqué aux mass médias américains.

L’opération Condor (en espagnol : Operación Cóndor) est le nom donné à une campagne d’assassinats et de lutte anti-guérilla conduite conjointement par les services secrets du Chili, de l’Argentine, de la Bolivie, du Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay au milieu des années 1970. Les dictatures militaires alors en place en Amérique latine — dirigées à Santiago par Pinochet, à Asunción par Stroessner, à Buenos Aires par Videla, à Montevideo par Bordaberry, à Sucre par Banzer et à Brasilia par Geisel —, ont envoyé des agents secrets poursuivre et assassiner les dissidents politiques jusqu’en Europe (France, Italie, Portugal, Espagne…) et aux États-Unis (phase 3 de l’opération Condor, qui culmina avec l’assassinat de l’ancien ministre d’Allende, Orlando Letelier, en septembre 1976 à Washington D.C.). Diverses techniques de terreur étaient employées par les services secrets, allant de la noyade jusqu’à la transmission d’enregistrements sonores de cris de proches torturés aux « vols de la mort » au-dessus du Rio de la Plata. La terreur d’État visait explicitement les « guérilleros terroristes gauchistes » (Tupamaros en Uruguay, Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR) au Chili, Montoneros en Argentine, etc.) au nom de la dite « doctrine de sécurité nationale », bien qu’elle ait en réalité touché n’importe quel « dissident potentiel » ainsi que leurs proches (famille et amis). L’État argentin a d’ailleurs cherché à justifier les actes de terrorisme commis au début des années 1980 en invoquant la « théorie des deux démons », qui mettait sur un pied d’équivalence les crimes commis par les juntes militaires et leurs escadrons de la mort et l’action révolutionnaire des groupes armés de gauche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s